Droit de mourir.

 

euthanasie-allemagneJean Mercier, octogénaire et devant la justice pour avoir aidé sa femme à mourir. Outre le fait de rappeler, que ce monsieur n’a qu’apporté les médicaments et le verre d’eau à sa femme, à sa demande, et ne lui à pas administré de force…

Comment peut-on être dans une société où l’on condamne un homme de 88 ans à qui on reproche d’avoir accompagné sa femme jusqu’au bout ? J’espère que lorsqu’à mon tour, je connaîtrais la fin de vie, si je souhaite dire stop, je puisse y parvenir sans encombre, et, si la loi m’en empêche, j’espère que mon mari, ma fille, mes amis autour auront le courage de le faire pour moi si je n’en suis plus capable.

La fin de vie, en tant que soignante, je connais. Aujourd’hui, il faut savoir que nous pouvons tous faire des directives anticipées pour interdire l’acharnement thérapeutique. Il faut aussi savoir qu’elles sont valables trois ans, et modifiables à tous moment. Il faut savoir aussi qu’en cas de fin de vie une sédation peut être envisagée. (hypnovel + arrêt de l’alimentation en règle générale). Il faut savoir aussi que cela ne remplace pas l’euthanasie (étymologiquement,ευθανατος, bonne mort, la mort douce)

Il est temps d’arrêter de fermer les yeux face à une problématique qui se pose de plus en plus avec le vieillissement de notre population, face à une augmentation des maladies qui nécessitent une prise en charge en soins palliatifs, et face à de telles avancées dans la médecine, qui à force de vouloir toujours aller plus loin, on se retrouve dans des situations intenables. Pourquoi lorsque quelqu’un souhaite mourir dignement, on persiste à lui empêcher ce droit ? Pourquoi ne pas respecter la volonté d’une personne qui souhaite juste dire, stop ? Pourquoi, dans un pays laïc de surcroît juge-t-on que la mort ne nous appartient pas ?

Elle est loin l’histoire de Vincent Humbert qui demandait au président le droit de mourir… Et pourtant treize années après sa mort, et malgré la loi Leonetti qui en réalité ne permet pas grand chose… Rien n’a bougé d’un pouce. On laisse la fin de vie comme un non débat, l’état ferme les yeux et on continue de condamner des pauvres personnes, qui n’ont fait que leur devoir d’être humain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s