#sexismepasnotregenre de qui se moque t’on ?

Le dessin intitulé "Rosie the Riveter" de 1942, devenu symbole du féminisme, repris par le collectif des créatrices de BD contre le sexisme

Le dessin intitulé « Rosie the Riveter » de 1942, devenu symbole du féminisme, repris par le collectif des créatrices de BD contre le sexisme

Ah, notre cher gouvernement. Quand il s’agit de lutter contre le burkini il en fait des débats sans fin. Par contre lorsqu’il s’agit de parler sexisme, un hashtag suffirait ? Je trouve que l’idée méprise encore plus les femmes qui toutes contentes tombent dans le panneau.

Est-ce qu’on prend encore les femmes pour des imbéciles ? Je me pose la question, mais au fond de moi, j’ai déjà la réponse.

Je suis une femme, je suis maman, et en plus, d’une fille. Le sexisme, le féminisme devrait me concerner. Et pourtant ? Que faisons nous de ce louable combat ? UN HASHTAG ! Une vulgaire petite expression précédée du signe dièse où blagues de mauvais goût côtoient féminisme acharné.

À l’heure où certaines s’échauffent sur un body avec marqué « jolie comme maman », ou sur les poupées Barbie qui sont dites trop jolies au risque d’oublier les vraies raisons du féminisme, à l’heure ou madame Badinter fustige la maternité, à l’heure où avec ses réformes le gouvernement empêche certaines mamans qui le souhaitent de prendre complètement leur congé parental (sous-payé rappelons le), à l’heure où le congé maternité est ridiculement court, à l’heure où des grandes inégalités de salaires demeurent entre hommes et femmes, à l’heure où le droit à l’avortement reste toujours menacé, à l’heure où une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son mari, à l’heure où une femme est violée toutes les dix minutes… Le gouvernement trouve une super solution, UN HASHTAG. Bon, le mec qui a eu l’idée à mon avis avait une sacrée gueule de bois, ou une sacré envie d’en faire le moins possible. Et là, toutes les femmes doivent être d’accord et gueuler que le sexisme, c’est horrible sans se rendre compte qu’elles sont encore plus méprisées à travers ce hashtag qui ne changera rien, et se fout littéralement d’elles.

Quelle est la part de femmes à l’Assemblée nationale ?

Que fait-on réellement, concrètement dans notre pays pour les femmes ?

Si chaque combat est louable, je ne prends pas part à celui de bas étages. On empêche les femmes de se maquiller, de s’épiler ou de porter des talons au nom du féminisme. Une femme trop jolie, trop apprêtée se fait tacler sous prétexte qu’elle rentre dans le jeu du système. En fait, on a affaire à de sacrées empêcheuse de tourner en rond qui oublient que le féminisme concerne les deux sexes, mais qui oublient aussi que le féminisme, c’est de laisser chaque femme faire ce qu’elle a envie et comme elle en a envie. Peut-être parce que j’ai souffert de ces féministes, lorsque plus jeune je faisais des photos de lingerie pour payer mes études et que j’entretenais ce sexisme, de façon consentie et parce que ça payait plus que mcdo, et sans aucun regret, car ça m’a permis de m’accepter, moi et mon corps. Peut-être parce qu’on m’a reproché d’être une salope anorexique parce que je me plains de galérer à trouver un 34 dans un magasin et qu’en parallèle, on se permet de faire des tailles 60 sans que ça ne gêne personne. Surtout que ces mots venaient de femmes, ouvertement contre le sexisme et se proclamant féministes. Peut-être parce qu’à force d’entendre que les vraies femmes ne sont pas minces et ont des vergetures, bah, je ne me reconnais pas dans ces « vraies femmes » tout en sachant au fond de moi que j’en suis une même si je n’ai pas gardé mes kilos de grossesse et que je n’ai eu aucun mal à les perdre et sans régime. Peut-être parce que j’adore porter des talons même pour aller faire mes courses à casino. Peut-être parce qu’en tant que mère, j’ai choisi de travailler le moins possible et d’allaiter ma fille qui à 28 mois tète encore, peut être que mes choix, de filles, de femmes, que mon physique trop standardisé ne passent pas, mais en tout cas, j’assume, celle que j’ai été celle que je suis et celle que je deviendrai.

Alors, oui, je suis féministe, mais pas de ce bord-là. Oui, je suis féministe, mais je dénigre ce hashtag, parce que, je n’aime tout simplement pas qu’on se moque de moi, et de ma condition de femme. Je n’aime pas l’idée d’être méprisée. Oui, je suis féministe, mais en partant du principe que chaque femme, et quels que soient ses choix, son mode de vie, son apparence a le droit au même traitement. Certaines créent un sacré clivage qui me débecte tout autant que l’abruti qui va me dire « oh mademoiselle t’as un 06 »

Je suis femme, et maman d’une fille. Je me contre fous que ma fille porte du rose ou du bleu, des jupes ou des pantalons, joue aux barbies ou aux voitures, je veux juste qu’elle ai la possibilité de faire ce qu’elle aime, comme elle le veut et comme elle l’entend. Qu’elle utilise son corps de la façon dont elle le souhaite, que plus tard, elle ait un travail qui lui plaise et où sa paye sera l’égal de celle d’un homme. Que le jour où, à son tour, elle deviendra mère, elle puisse avoir le choix entre travailler, adapter ses horaires ou tout simplement profiter de ses petits bouts à la maison. Sans jugement, sans craintes et sans freins. Pas comme moi, je suis obligée de le vivre en 2016.

Publicités

2 réflexions sur “#sexismepasnotregenre de qui se moque t’on ?

  1. chesterdenis dit :

    Ce hastag, c’est le degré zéro de l’action politique. C’est : « débrouillez-vous avec cet os », do it yourself. J’ai trouvé une bonne vidéo que je mets en évidence sur mon blog. elle dit que le sexisme est une affaire qui concerne tous les hommes, que tous les spectateurs « assistants » doivent rétorquer « C’est pas drôle, mec » avec courage, en prenant une initiative de « leadership » (typique du langage USA), et que nos leaders en tous genres devraient être les premiers à mouiller leur chemise sur ce thème. Tiens, ils pourraient faire une différence aux primaires en s’engageant là-dessus ! Mieux qu’avec 147 lettres ! Qui protègent le pouvoir mâle et sa violence.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s