L’Emission Politique, quand Nicolas Sarkozy reste fidèle à lui même.

10744193

L’Émission Politique. Présentée par Léa Salamé et David Pujadas, grande première qui s’est déroulée sur nos écrans hier soir.

Si le format est rafraîchi, plusieurs séquences courtes (parfois trop), rythment l’émission ainsi que plusieurs images d’archives aussi. Un lien avec Twitter, un sondage à la fin pour savoir si l’invité à convaincu, des intervenants connus ou anonymes. Un moment privilégié entre chacun des journalistes en tête-à-tête avec l’invité principal. Une parenthèse humoristique et faussement incorrecte sur la fin. De quoi garder les téléspectateurs jusqu’au bout et éviter qu’ils finissent par s’endormir sur leur canapé ou zapper pour le prime de Secret Story.

Hier soir, Nicolas Sarkozy était invité pour cette première. Il avait mis un joli costume, une belle cravate. On le voit en immersion face à un ouvrier dans un court reportage sur la pénibilité du travail et le voici en train de s’illustrer en expliquant qu’être assis devant un ordinateur est pénible aussi.

Si plusieurs thèmes sont abordés, la majorité de l’émission est resté centré sur : Daesh, l’Islam, la sécurité, le mandat de François Hollande, les migrants, et les affaires dans lesquelles sont empêtré l’ex président qui souhaiterait retourner sur les marches de l’Élysée.  Au bout de huit minutes en parlant de la lutte contre le terrorisme le fameux point De Gaulle est atteint : »Vous n’allez pas accuser le General De Gaulle d’être un dictateur ! » s’exclame t-il outré et coupant court au débat par ce fameux point atteint, parce qu’on ne peut pas s’attaquer à la grandeur et au statut de sauveur de la France du General De Gaulle. Parenthèse Climato-sceptique, petites blagues par ci par là pour se donner l’air sympathique, Nicolas Sarkozy brasse de l’air, répond à côté des questions qui le dérange et surtout tente à tout prix de réhabiliter son image d’honnête citoyen « Je n’ai jamais été accusé de fraude fiscale »

Quid de son véritable programme, quid du chômage, de l’éducation (5 minutes de débat stérile face à une professeur en duplex), quid de la jeunesse ? Nicolas Sarkozy a été reçu comme un candidat à l’élection présidentielle contrairement à son réel statut de candidat aux élections des primaires des Républicains.

Bref, Nicolas Sarkozy qui martèle bille en tête avoir changé est resté tout de même fidèle à sa personnalité de 2007, même si ses idées ont évoluées en fonction des électeurs qu’il souhaite ratisser, et les journalistes n’ont cessés de mettre en évidence les incohérences et les différences entre ses propos d’aujourd’hui et ceux d’il y a quelques années en arrière. L’Émission Politique a permis d’assister à un show, où, Nicolas Sarkozy fait du Nicolas Sarkozy en hurlant, peur, sécurité, radicalisation, en s’estimant injustement attaqué et en tapant sur François Hollande, où, Léa Salamé nous rappelle la Léa Salamé de chez Ruquier, intelligente mais quelque peu agressive et où David Pujadas reste à l’écart du débat se faisant dépasser par la personnalité même de son invité qui décide de continuer sa conversation avec un des intervenants présenté comme un électeur FN, malgré le pauvre journaliste pressé de passer à la prochaine séquence.

Publicités

2 réflexions sur “L’Emission Politique, quand Nicolas Sarkozy reste fidèle à lui même.

  1. Lorrain 1 dit :

    Il y a du mieux, c’est encourageant, des imperfections existent encore, allez, encore des efforts sont à produire. Après seulement, tu auras une fierté. Du type: »même pas peur ! »

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s